Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/02/2011

A un mois des élections cantonales, Alain Cazorla endosse son costume de Président de Communauté de communes pour faire de la politique ...

Etrange coïncidence temporelle, et surprenante prise de position du Conseil Communautaire à propos de la DGH du Lycée de Clermont l'Hérault (cf. article de Midi Libre) ! De quoi s'agit-il en réalité ? Chaque année, l'Education Nationale fixe la Dotation Globale Horaire des établissements du second degré ; c'est le quota d'heures qui leur est attribué pour dispenser les cours, à chaque chef d'établissement ensuite de proposer à son Conseil d'Administration la meilleure répartition possible de ces heures. Il faut alors jongler avec le nombre d'heures qu'effectuent les enseignants et le choix des matières et des options à privilégier. Et depuis quelques années, l'Education Nationale répartit cette charge horaire sur plusieurs établissements scolaires afin de réduire le plus possible les charges de fonctionnement à l'échelle d'une académie. Mais les professeurs et les élèves, eux, ne sont "distribuables" sur plusieurs établissements ! A ce rythme, les collégiens inscrits par exemple à Paulhan iront faire latin et arts plastiques à Pézenas, et l'allemand à Clermont l'Hérault ... Ou alors ils choisiront leurs matières à minima.

Mais que vient faire Cazorla dans cette histoire ? Rappelons quand même que la Communauté de communes n'a aucune compétence en matière de lycée, elle dispose simplement d'un siège à son Conseil d'Administration. Alors que son représentant Henri Sobella s'exprime et mobilise pour que le lycée conserve sa place sur notre territoire, ce serait bien légitime, mais que l'on mette en branle la communauté de communes avec réunion exceptionnelle et manisfestation au rectorat, ça devient limite ...

Parce que par le passé, jamais Alain Cazorla n'a pris de telles initiatives ! L'an dernier, les parents d'élèves et les enseignants du collège de Paulhan ont boycotté leur Conseil d'Administration et on manifesté âprement contre une baisse de leur DGH. Et le Président Cazorla n'a pas mobilité son assemblée communautaire. Récemment, le collège de Clermont l'Hérault a connu des manifestations de parents et d'enseignants pour des questions de sécurité et de sérénité des enseignements dans un établissement aux classes surchargées. Le Président Cazorla n'a pas non plus mobilisé son assemblée communautaire. Et il y a bien d'autres sujets qui n'ont pas non plus suscité cette même mobilisation (la violence à l'occasion des fêtes votives, la délinquance routière, la Salamane, ...).

En tant que membre de l'assemblée communautaire, je refuse d'être instrumentalisé. Nous pouvons manifester notre réprobation face à la casse de notre Education Nationale en tant que citoyen, en tant que parent d'élève, en tant qu'enseignant ou en tant qu'élu local, mais il est très étrange qu'un Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) devienne soudainement un haut lieu d'opposition politique. Mais Alain Cazorla aurait pu mobiliser son Conseil Municipal, lui aussi représenté au CA du lycée ... Ah oui mais il n'y a pas que les habitants de Clermont l'Hérault qui votent les 20 et 27 mars ...

12:50 Publié dans CCC, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cazorla, ccc, cantonales

Les commentaires sont fermés.