Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/11/2010

Salamane, le Maire-Président lève le pied !

Lors de la courte séance du Conseil Communautaire ce lundi 15 novembre à Cabrières, Christian Bilhac est intervenu sur la Salamane (deux délibérations étaient à l'ordre du jour pour des acquisitions de parcelles). Christian Bilhac a tout d'abord repris le principe de prudence en matière budgétaire qu'Olivier Brun venait d'exprimer à propos d'une précédente délibération sur le SARF (Service d'Accueil Régulier Familial) de Clermont l'Hérault, et il a déclaré qu'il "lisait la presse", et qu'au vu du dépôt d'un second recours auprès du Tribunal Adminsitratif de Montpellier contre la révision du PLU de Clermont l'Hérault, il était urgent d'en rester pour le moment à de simples compromis et d'attendre que la justice ait rendu son verdict pour acheter définitivement les parcelles concernées. Christian Bilhac a même rajouté que si la justice annulait cette révision du PLU pour rendre ces terres à leur vocation agricole, cela ferait cher pour les pois chiches que l'on pourrait y cultiver !

 

cbilhac.JPG

Christian Bilhac, Maire de Péret, Président de l'Association des Maires Ruraux (AMR) et ancien vice-président délégué aux finances lors du précédent mandat

Alain Cazorla a d'emblée rétorqué qu'il n'était pas certain que des pois chiches puissent pousser sur ces terres ... La mauvaise foi est par contre largement cultivée en politique à papa. Par ailleurs, Alain Cazorla a ajouté qu'il restait confiant dans l'issue de ce projet, mais que lui aussi était prudent et qu'il n'engagerait donc pas le Conseil Communautaire dans un risque financier. Est-ce à dire qu'aucune acquisition ne se fera avant un an ? En tous cas, ce serait bien sage ... De toutes façons, le dossier de création de la ZAC n'a pas encore été soumis au vote des conseillers communautaires et un dossier de réalisation de cette ZAC devrait suivre. Les prochaines seances du Conseil Communautaires vont discuter du budget 2011, et il ne devrait donc pas y avoir d'emprunt de 17 M€ cette année.

Comme disait La Fontaine, "patience et longueur de temps font plus que force ni que rage".

Commentaires

es-tu au courant que trois entreprises situées sur les Tanes Basses vont fermer. Combien d'emplois vont être ménacés avec ces fermetures ? Certains clermontais pensent qu'avant d'ouvrir une autre ZAC aux Tanes Basses il serait judicieux de péréniser les emplois existants à Clermont. Mais qui des chefs d'entreprise ou des élus ont ce pouvoir ?
Pour ton info les copains de Miramas ne voient pas non plus ce projet d'un bon oeil, certains viendront sur clermont mais la majorité sera délocalisée... à Pôle emploi Marseille !! sources syndicalistes. Et sais-tu enfin qui est cadre à System U et heureux de cette opération fructueuse ?... Claude Bonnafous l'ex maire UMP d'Aniane.Eh oui, en cherchant on trouve à qui profite cette opération financière.

Écrit par : christine | 18/11/2010

De toutes façons, si certains ne l'on pas compris, tant pis pour eux, mais si la plate forme de Super U ne se fait pas à Clermont, elle se fera ailleurs...

Écrit par : Aspic | 19/11/2010

Derrière ce projet de ZAC, je distingue bien le projet de territoire et le projet de société, les deux ne pouvant pas avancer aussi vite.

A l'échelle du Pays, et en tant qu'élu local, je considère que je peux, et en tous cas je dois promouvoir un développement durable de ce territoire. Et cela veut dire entre autres de me mobiliser pour une économie agricole et touristique qui valorise nos patrimoines et qui créée de la richesse qui profitera au plus grand nombre. Et ça passe donc par le rejet catégorique, tout autant que symbolique de ce projet de ZAC avec Système U. Et à ce stade je considère qu'il existe des friches industrielles proches de grands axes de communication à Lodève, à Béziers ou à Frontignan qui sont vraiment dédiés à ce type d'installation.

Maintenant, on ne remplacera pas du jour au lendemain toutes les enseignes de la grande distribution par des coopératives bio ou par des marchés de producteurs locaux. C'est comme pour le nucléaire ; j'en souhaite l'arrêt, mais pas du jour au lendemain.

C'est donc un travail d'exmplarité qu'il faut mener et prouver que d'autres modèles économiques sont viables. Et si nous réussissons sur le Coeur d'Hérault à porter un ambitieux projet de parc agricole, alors il y en aura d'autres derrière et un autre modèle socio-économique pourra alors se développer.

Mais ce qu'il nous manque aujourd'hui, c'est la volonté politique.

Écrit par : Laurent Dupont | 19/11/2010

Les commentaires sont fermés.