Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/08/2010

Le commissaire-enquêteur a donné son avis pour la révision du PLU de Clermont l'Hérault

avis_favorable.JPG

C'est une surprise, une énorme et décevante surprise, car l'enquête a révélé que cette révision méritait mieux qu'un passage en catimini, sans aucune réunion publique et uniquement sur le mois de juillet 2010. Le commissaire-enquêteur avait le pouvoir d'allonger le délai de l'enquête et il pouvait même organiser une réunion publique. Sa position est semblable à celle du Sous-préfet, un avis favorable malgré les avis très divergents de certains services de l'Etat et d'organismes publics. Même les réserves émises par certaines personnes publiques auraient mérité de figurer dans les conclusions du commissaire enquêteur.

Le commissaire-enquêteur restreint son avis à deux demandes qui sont très loin du coeur du problème ; il demande à la mairie de prendre en compte les restrictions du Conseil Général à propos de la Route Départementale qui longe le site (RD2), ainsi que de consulter le Service des Architectes du Patrimoine (SDAP) lors du dépôit du Permis de Construire. Il souhaite en outre que la CCC se rapproche des opposants au projet en vue d'étudier la réalisation d'un Parc Agricole. Le commissaire-enquêteur était dans son rôle, mais c'est en amont que les élus et que le sous-préfet ont occulté les enjeux majeurs de l'aménagement de notre territoire.

Mais il n'est pas question de s'en tenir là. Une autre procédure publique va démarrer pour la création de la ZAC, des recours auprès du Tribunal Administratif vont être instruits et l'élection cantonale de mars 2011 donnera l'occasion à tous les citoyens de s'exprimer sur le projet de territoire qu'ils souhaitent. Espérons au moins que le Maire-Président Cazorla sorte enfin du huis-clos politico-adminsitratif pour présenter à tous les habitants du territoire quel est son projet pour demain.

Ci-joint les conclusions du commissaire_enquêteur : Avis_Commissaire_Enqueteur.JPG

29/08/2010

Besoin de 150 ha pour du raisin de table ...

Midi Libre de ce week-end évoque le raisin de table dans ses colonnes sous le titre : "La vallée dorée veut retrouver sa couleur". L'économie du raisin de table, qui par le passé a fait la réussite de ce territoire, souffre de la concurrence d'autres variétés de raisin, ainsi que de la difficulté pour les acteurs de la commercialisation de jouer le jeu des circuits courts.

Mais M. Joël Barral, le Président du Syndicat économique des producteurs de raisins de table de la moyenne vallée de l'Hérault (SEP), précise dans cet article que « Pour répondre à l’arrachage de plus en plus dramatique de vignes à vins, nous sommes prêts à replanter jusqu’à 150 hectares en raisin de table. Mais il faut nous aider ! ». Et le journaliste de préciser que dans la "Vallée dorée", les agriculteurs sont dans l’attente de quelques signes encourageants pour aller de l’avant.

Cet exemple illustre très bien le potentiel de cette plaine de l'Hérault. Et n'en déplaise à ceux qui ne misent que sur la marchandisation de notre territoire, la preuve est bien là que des projets agricoles ambitieux et pérennes sont de réelles perspectives économiques pour le Coeur d'Hérault. C'est le concept de résilience qu'il faut mettre ici en lumière, concept qui fait référence à la capacité d’un écosystème à s’adapter à des évènements (chocs) extérieurs et des changements imposés. C'est “La capacité d’un système à absorber un changement perturbant et à se réorganiser en intégrant ce changement, tout en conservant essentiellement la même fonction, la même structure, la même identité et les mêmes capacités de réaction.” (Brian Walker - Resilience Thinking). Dans le contexte des communautés humaines, il renvoie à leur capacité de ne pas disparaître ou se désorganiser au premier signe d’une pénurie par exemple de pétrole ou de produits alimentaires mais, au contraire, de répondre à ces crises en s’adaptant. L'Australie fait l'objet de nombreuses publications sur ce thème, ce pays étant depuis très longtemps engagé dans la recherche d'indépendance alimentaire ou énergétique (cf. Australia21).

Aujourd'hui, nous sommes collectivement en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis, fragilisant notre territoire en l'aliénant à une économie exclusivement commerciale. Il est temps de se ressaisir !

16:32 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2)

27/08/2010

Europe Ecologie - Les Verts : un processus de rassemblement très enthousiasmant !

Ca y est ! Au sortir des journées d'été de Nantes, avec ses 2300 participants et ses 110 ateliers/débats, l'agenda du rassemblement est connu et il génère une intense agitation. Mais ces journées d'été n'ont pas été qu'un moment privilégié d'enthousiasme collectif, plusieurs questions majeures ont divisé les écologistes. Si le positionnement de l'écologie politique à gauche est largement partagé, les thèmes de la décroissance ou de l'anticapitalisme ont donné lieu à quelques positionnements bien marqués. Et c'est très bien que de tels clivages idéologiques existent au sein de la mouvance écologiste !

Les écologistes ne sont plus à l'image des bobos d'il y a encore quelques années ; acheter bio, se déplacer en vélo ou encore préférer Apple à Microsoft étaient quelques uns des clichés collés à l'image des écolos. Aujourd'hui, l'écologiste remet radicalement en cause le modèle économique dominant ; il ne se contente plus de s'appliquer à lui-même de bonnes pratiques écologistes, il revendique d'écologiser toute la société. Et certains observateurs politiques dénoncent même un "fascisme vert" ... Bah oui, puisque cela remet en cause leur confort individuel.

Mais un tel débat initié il y a de nombreuses années par des philosophes comme André Gorz et illustré par quelqu'un comme Pierre Rabhi, et bien il aura toute sa place au coeur de la nouvelle organisation que vont se donner les écologistes cet automne. Le parti des Verts va rejoindre une nouvelle structure coopérative avec des espaces de réflexion (fondation, fédération des élus, formation, commissions, ...), d'action (forums, réseaux, mouvement social écologiste, campagnes thématiques, états généraux de l'emploi et de l'écologie, ...), tout cela autour d'une agora permanente de l'écologie politique.

Alors, ça commence quand ? D'ici la mi-septembre, la synthèse de Nantes sera soumise aux différentes instances écologistes (bureau exécutif, comité d'animation et de pilotage), ainsi qu'au conseil national des Verts les 18 et 19 septembre. Ensuite, les textes seront proposés au débat local avant d'être amendés et votés à l'occasion d'assises régionales le 9 octobre. L'assemblée constituante de la nouvelle organisation se tiendra le 14 novembre à Lyon.

Pour tous ceux qui n'acceptent pas qu'un parti politique ne soit que le fan club d'un leader, voilà une très rare occasion de prendre part à la construction d'un OVNI politique. Les sympathisants et les partenaires auront autant de légitimité que les élus et que les vieux militants Verts, fini l'ère des courants et des cumulards, le rassemblement des écologistes répond avant tout à une urgence écologique et sociale qui nécessite une réelle rupture avec les pratiques du passé.

J'invite tous ceux qui en ont envie à s'engager dès à présent dans cette dynamique, cela ne s'arrêtera pas le 9 octobre ou le 14 novembre, et il faut du monde pour réaliser ce projet.

22:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)