Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2010

Plaidoyer pour une autre Salamane

Ci-après le document que j'ai déposé ce matin dans le registre d'enquête publique pour la révision simplifiée du PLU de Clermont l'Hérault [Fichier PDF de 2,67 Mo à télécharger en cliquant sur l'image] :

img_plaidoyer.JPG

Plus qu'une contribution dans le cadre de la révision du PLU, ce document de 60 pages se veut résolument tourné vers l'avenir, avec un projet de territoire réaliste pour le Coeur d'Hérault et un projet de société qui s'inscrit dans un développement durable à l'échelle de la planète.


LD_BV.jpg

A noter ce matin deux points marquants. Tout d'abord la venue de José Bové, député européen de notre circonscription et vice-président de la commission Agriculture du Parlement Européen.

Il a rencontré le commissaire enquêteur et il lui a remis un texte détaillant sa position sur ce projet de révision du PLU (je ne peux malheureusement pas mettre ce document en pièce jointe puisque le très zélé 1er adjoint de la mairie de Clermont l'Hérault a refusé d'en faire une photocopie). Mais il y avait aussi la présence de viticulteurs favorables au projet ; j'en fais le second point marquant de cette matinée car ils ont manifesté une violente agressivité, avec toujours l'insulte facile. Je ne sais pas qui les a prévenu de la venue de José Bové, mais l'intention est toujours la même, susciter de l'affrontement. La police municipale et la gendarmerie étaient sur place, et je regrette que la démocratie soit ainsi baffouée.

16:59 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)

24/07/2010

Des représentants du Collectif Salamane à Barcelone au Parc Agricole de Baix Llobregat

Une dizaine de représentants du Collectif de la Salamane se sont rendus à Barcelone ce vendredi 23 juillet. Au programme de la journée, visite du parc agricole de Baix Llobregat et réunion de travail avec ses dirigeants. Le Parc Agricole de Baix Llobregat est l'un des parcs agricoles périurbain d'Europe les plus connus avec celui de Milan, même si ce concept de parc agricole périurbain reste balbutiant. Sonia Callau, la responsable de la communication du Parc Agricole, et son directeur Josep Montasell Dorda ont reçu les représentants du Collectif comme ils reçoivent de nombreuses délégations au cours de l'année, délégations qui viennent même de Chine, de Nouvelle-Zélande et d'Amérique du Sud.

DSCN0778.JPG
DSCN0780.JPG
DSCN0782.JPG
DSCN0789.JPG

Pour le Collectif, ce déplacement avait pour but d'étudier ce qui était transposable en Coeur d'Hérault. En effet, ce n'est pas un simple contre-projet local au projet de ZAC à la Salamane qui préoccupe le Collectif, mais c'est véritablement un ambitieux projet de territoire qu'il faut mettre en oeuvre. A Barcelone, le parc agricole se situe dans une zone très urbanisée où il occupe près de 3.000 hectares. L'idée du parc est née en 1975 en même temps que Barcelone se dotait d'un projet urbanistique contre lequel les agriculteurs se sont révoltés. Mais ce n'est qu'en 1998 que ce parc a vraiment vu le jour. Le directeur du parc a insisté sur les 5 facteurs clés pour réussir un tel projet de parc agricole périurbain : soutien politique, soutien du secteur agricole, base territoriale suffisante, stratégie de gestion spécifique et un nécessaire militantisme.

La prochaine étape du Collectif est de formaliser un tel projet et d'aller le présenter aux politiques et aux organisations agricoles. Toutes les métropoles européennes se dotent de tels parc agricoles périurbains pour lutter contre une urbanisation sauvage, mais aussi pour s'assurer une relative dépendance alimentaire. En Languedoc-Roussillon, 30% des produits alimentaires de base sont locaux ; et parmi les 70% de produits qui viennent d'au delà du Languedoc-Roussillon, 60% pourraient être produits localement. Le Coeur d'Hérault dispose d'une plaine agricole de près de 20.000 hectares, depuis St-André de Sangonis et Aniane jusqu'à Aspiran en longeant l'Hérault et la Lergue ; et avant que le béton et le bitume ne s'emparent de ces terres, il est prioritaire que tous les acteurs socio-économiques de ce territoire se saisissent de l'urgence qu'il y a à proposer une alternative qui s'inscrive dans une ruralité moderne. Car le Coeur d'Hérault, ce sont des sites naturels remarquables et une biodiversité exceptionnelle qui justifient qu'autant de monde vient y cherche de la qualité de vie.

Paradoxalement, les interlocuteurs du Collectif à Barcelone rejettent tous les critères de rentabilité de tels projets. A l'heure où on nous assène que tout doit être rentable (la santé, l'éducation, la sécurité, ...), le Directeur du Parc a insisté sur les enjeux de société, à savoir la sécurité alimentaire et les circuits courts qui relocalisent l'économie tout en minimisant les besoins en énergie fossile. Ces objectifs sont aussi ceux du Collectif et d'une grande majorité de la population. Nous avons la base territoriale pour un tel projet de parc agricole périurbain, un outil juridique comme la Zone Agricole Protégée (ZAP) existe et il y a de plus en plus de parcs agricoles périurbains dont on peut s'inspirer. Il reste à passer de l'idée au projet.

11:43 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (2)

22/07/2010

Pourquoil le lac du Salagou n'a-t-il pas de "Pavillon bleu" ?

Cet été torride pousse tout le monde à la plage et c'est bien légitime. Et en Coeur d'Hérault, nous avons le privilège d'avoir la mer à proximité, mais aussi l'Hérault et le Salagou pour se baigner pas trop loin de chez soi. Je cite néanmoins le littoral en premier car cela reste la destination préférée des habitants du Coeur d'Hérault. Les stations balnéaires offrent énormément de services (restaurants, magasins, bars, discothèques, espaces ludiques, ...), et il n'y a pas que les touristes qui y soient sensibles.

Mais le lac du Salagou mériterait d'être mieux promu localement. Ainsi, pourquoi le Salagou ne bénéficie-t-il pas d'un label "Pavillon bBeu" ? Cette année, 121 communes françaises arborent ce pavillon bleu sur leurs plages, dont une vingtaine de sites intérieurs.

Salagou_Pavillon_Bleu.JPG

Plusieurs communes ont des plages sur le Salagou et c'est donc à chacune d'elle de déposer un dossier. Et ce label est d'autant plus à la portée de ces communes que les critères nous sont déjà presque tous acquis (éducation à l'environnement, gestion du site, gestion des déchets, gestion de l'eau et du milieu). Le Département, le Syndicat Mixte de Gestion du Salagou et toutes les collectivités concernées ont beaucoup travaillé sur ces problématiques, et ce serait une juste récompense que d'avoir ce Pavillon Bleu.

Je n'hésiterai donc pas, lors des prochaines séances de la Communauté de Communes du Clermontais ou du Syndicat Mixte du Salagou, à demander à ce que nous envisagions de déposer un dossier pour 2011.

12:57 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salagou, pavillon bleu