Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/07/2010

Développement économique du Clermontais, le Président Cazorla est dans l'impasse

Avec la feuille d'information que les élus communautaires reçoivent régulièrement pour leur donner le relévé des décisions des assemblées communautaires, le Président Alain Cazorla a joint exceptionnellement un supplément "Spécial Salamane". Peut-être a-t-il senti des réticences lors de la dernière assemblée du 7 juillet, ou peut-être des questionnements lui sont-ils parvenus, mais dans tous les cas il fait de la retape.

D'ailleurs, il était avec quelques affidés mercredi dernier sur le marché de Clermont l'Hérault pour distribuer un tract invitant la population à le soutenir. Malheureusement pour lui, il fréquente si souvent ce marché qu'il avait oublié qu'en cette saison il y a beaucoup plus de touristes que de Clermontais. Autre moment officiel pour en remettre une couche sur la Salamane, la cérémonie officielle du 14 juillet. Et notre Maire-Président de déclarer « C'est pour garantir la liberté de nos concitoyens que nous lancerons en septembre une étude sur la vidéo-protection. Mais vivre libre cela veut-il dire survivre ? l'homme privé de travail n'est pas libre. C'est pour cela que nous avons engagé le grand projet de ZAC de la Salamane où nous créerons 600 emplois à terme... ». Dans l'exercice de lier la devise de la République à son action locale, Alain Cazorla galvaude l'idéal de Liberté. Cet idéal humaniste pour lequel des millions d'êtres humains sont morts, voilà qu'il le réduit à un propos de pilier de bistrot ... Comment la politique peut-elle survivre à ce populisme ? Ces propos à l'opposé des valeurs de la Révolution Française font l'apologie du Sarkozysme (sécurité, valeur travail, libéralisme) sous la forme du Frêchisme.

Et je reviens sur ce supplément reçu hier matin :

supplement_recto

supplement_verso

Le développement économique du Clermontais y est réduit à une compétition avec le Technoparc du Lodévois et avec l'Ecoparc de Gignac, un appel d'air aux entreprises du secteur tertiaire pour fournir de l'emploi local. Je regrette que cette publication ne soit pas plus pédagogue et qu'elle ne nous éclaire pas plus sur les métiers en tension ou encore sur les secteurs d'emploi sur le Coeur d'Hérault.

La Maison de l'Emploi du Coeur d'Hérault fournit de nombeuses analyses sur la situation de l'emploi sur notre territoire. Elle constitue un outil qu'il faudrait beaucoup plus solliciter pour que les Communautés de Communes établissent des politiques publiques plus pourvoyeuses de richesses. Ainsi, sur 66.134 habitants sur le Coeur d'Hérault, 25.000 ont un emploi, dont 17.000 sur le territoire même du Coeur d'Hérault ; et ce ne peut donc pas être la moitié des actifs qui iraient travailler quotidiennement à Montpellier, Béziers ou Sète (dixit A. Cazorla). Par ailleurs, il y avait 5.302 demandeurs d'emploi au 31 mars 2010 (catégories A, B et C) sur le Coeur d'Hérault ; environ 900 ont moins de 25 ans, environ 800 ont plus de 50 ans et environ 1.800 sont en chômage de longue durée.

Oui l'emploi est un enjeu majeur pour le Coeur d'Hérault, mais c'est vrai dans le monde entier. Mais ici, plutôt que de s'engouffrer dans l'impasse que constitue la Salamane et ses emplois kleenex, il faut lire les analyses des organismes comme la Maison de l'Emploi, mais aussi de l'Observatoire Régional de l'Emploi et de la Formation (OREF) ou encore tout simplement de l'INSEE. Sur les secteurs en tension en Coeur d'Hérault, il faut mettre en place des cursus de formation et il faut soutenir ces filières. Voilà où pourraient passer utilement les aides du Conseil Général, du Conseil Régional et de l'Etat ! Plutôt que de ponctionner le porte-monnaie des contribuables locaux pour aider Système U (qui fait au passage près de 15 milliards de chiffre d'affaire en 2009), aidons l'agriculture (12% des offres ANPE en 2008, en augmentation de 24% en un an), le commerce (11% des offres ANPE en 2008, en progression de +86% en un an), le service aux personnes et aux entreprises (20% des offres ANPE en 2008 et une baisse de 18% en un an). 92% des offres d'emploi de l'ANPE en 2008 portent sur 10 domaines bien précis : service aux particuliers, agriculture, commerce, santé et action sociale, hôtellerie et restauration, BTP, gestion et adminsitration, industrie, transports et tourisme, mécanique. On attend donc de la Communauté de Communes qu'elle diversifie ses interventions, mais aussi qu'elle définisse un plan de développement en concertation avec les deux autres intercommunalités du territoire.

Bref, on attend la mise en place d'un Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT).

16:56 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.