Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/05/2010

Ce 1er juin, c'est le top départ pour la révision "simplifiée" du PLU de Clermont l'Hérault

Ce mardi 1er juin à 14h, le maire de Clermont l’Hérault animera la réunion dite d’examen conjoint de la révision du PLU avec les personnes publiques associées. Cette réunion est le point de départ réel de la procédure de révision du PLU (Plan Local d'Urbanisme) de Clermont l’Hérault, l’enquête publique démarrera ensuite après que le maire ait publié son arrêté.


Les services de l’Etat (Equipement, Agriculture, Patrimoine, Environnement, Santé, …), les collectivités territoriales (Département, Région et Communauté de Communes) et les communes voisines seront invitées mardi à donner leur avis sur la révision de ce PLU. C’est un moment important car il engage définitivement la responsabilité de toutes ces personnes publiques, et le compte-rendu de cette réunion sera mis à la disposition du public lors de l’enquête publique. Bien évidemment, il y a le volet technique de cette révision avec des fonctionnaires plutôt ennuyés par ce projet qui rompt avec tout ce qui a pu être dit sur l'artificialisation des terres agricoles, la relocalisation de circuits courts agricoles et notre indépendance alimentaire ; et il y a un volet plus politique qui prend malheureusement le dessus.

Ainsi, plus d’un an après que le maire de Clermont l’Hérault ait annoncé son projet de ZAC à la Salamane, plus d’une année pendant laquelle les informations ont filtré au compte-gouttes, voilà que la commune de Clermont l’Hérault, mais aussi tout le territoire du Clermontais, va s’engager dans une transformation radicale de son développement. Sans tambour ni trompette, sans la moindre réunion publique de concertation, le maire de Clermont l’Hérault va transformer 70 ha de terres agricoles dans la plaine de l’Hérault en zones à urbaniser. C’est le point de départ d'une urbanisation sauvage de toute cette plaine située entre Brignac, Canet, Nébian et Clermont l’Hérault. Nous sommes très loin de la volonté affichée depuis des décennies de préserver ce territoire, de lui conserver sa vocation agricole et de valoriser son potentiel touristique ; c’est Montpellier qui vient s’étendre jusqu’en Cœur d’Hérault.

Les élus écologistes du Clermontais s’opposent depuis le début à cette main tendue des collectivités locales à Système U, dénonçant sans relâche une attitude irresponsable qui s’ouvre à une économie libérale prédatrice de l’environnement et des acquis sociaux ; les emplois qui seront créés sur cette ZAC seront aussi hypothétiques que précaires. Et cette attitude démocratique qui nous a conduit à participer à des actions et à des réunions publiques a été sanctionnée par le maire de Clermont l’Hérault ; il a retiré toutes ses délégations au seul élu écologiste de son Conseil Municipal (et de sa liste de 2008). Comme le disait Alain Cazorla dans une interview de France 3 Sud l'automne dernier, "je signe d'abord et on discute ensuite" ... Sauf que plus d'un an après, on attend encore sa première réunion publique sur le sujet !

Bien évidemment, nous attaquerons l’arrêté du maire devant la justice administrative, car le caractère « simplifié » de cette révision n’est pas du tout respecté. Un projet d'urbanisme à 13 M€ qui touche 70 ha de terres agricoles, qui génère de la spéculation foncière et qui est commandité par Système U ne revêt aucun caractère d'intérêt général ; par contre il modifie considérablement l'économie générale du Plan d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) de la commune tout en faisant peser des risques pour la population.

Commentaires

Je suis toujours aussi écœurée par ce manque de démocratie et de transparence.
Pourriez vous m'envoyer les informations sur les réunions du collectif car j'ai été incidemment rayé de la liste? Merci

Écrit par : Hétier | 01/06/2010

Il est vrai que sur le principe du projet on peut être contre mais il faut aussi faire avec la conjoncture viticole actuelle, si l'on intérroge les viticulteurs de cette région précisément,ils s'orientent vers un arrachage a défaut de rentabilité. Mieux vaut donc peut etre un projet structuré en collaboration avec les collectivités qu'une urbanisation diffuse de la part de promoteurs qui seront les premiers à racheter les vignes. L'implantation de système U peut à certaines conditions être une opportunité, pourquoi pas envisager une transaction avec eux qui permettrait de garantir des débouchés commerciaux aux agriculteurs du coin déjà installés ou voulant s'installer. Les centrales d'achat de la grande distribution ont absorbé la fonction de grossiste et traitent désormais directement avec les groupements de producteurs. Sous conditions le projet semble pouvoir répondre à des enjeux de développement durable, non limités à une vision purement écologique. C'est un moyen de négocier pour partie ce qui aura dans les étals des distributeurs proches.

Écrit par : LACOMBE | 22/06/2010

Les commentaires sont fermés.