Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/04/2010

L'emploi en Coeur d'Hérault, de mauvaises réponses pour un vrai problème

Le Coeur d'Hérault compte 5.000 demandeurs d'emplois, et la 8ème édition des rendez-vous de l'emploi qui se tenait le 9 avril à clermont l'Hérault est présentée comme une réussite ... On se satisfait de peu ! D'ailleurs, "150 offres pourvues à 80%", c'est aussi vague qu'ambigüe ; est-ce que ce sont des CDI ou alors des offres comme celles de l'Intermarché du Bosc qui ont laissé sur le carreau une vingtaine d'employées qui ne l'étaient pas vraiment ?

Mais si le diagnostic est indiscutable, la réponse que l'on veut lui apporter aujourd'hui est totalement insensée. En effet, et à écouter les élus, il faut créer en Coeur d'Hérault les emplois qu'il manque ... D'où des projets comme celui de la ZAC de la Salamane qui font miroiter un nouvel eldorado économique. Mais en Coeur d'Hérault, la population augmente d'environ 2% par an sous l'effet d'un flux incessant de personnes venues du reste de la France ; et ces nouveaux arrivants sont le plus souvent à la recherche d'un emploi plutôt que pourvoyeurs d'emplois nouveaux. Ainsi, sur le secteur Clermont-Gignac, la prévision d'accroissement de la population d'ici 2025 va nécessiter une centaine d'hectares de réserve foncière pour l'habitat, et environ 4.000 logements nouveaux. Alors, à ce rythme, allons-nous faire du Coeur d'Hérault une nouvelle zone industrielle et commerciale alors que ce territoire a toujours eu une vocation agricole ? Allons-nous faire venir à la campagne les activités économiques de la ville ?

Car en réalité, et ce n'est pas propre à notre région, les français sont les champions du monde de l'enracinnement socio-professionnel ; ce qui se traduit par la recherche d'emplois classiques près de chez soi ... Et il y a donc deux pistes connues qui mériteraient d'être mieux exploitées pour en sortir, tout d'abord de répondre en priorité aux secteurs sous tension (essentiellement les métiers de service), mais aussi d'être mobile !

Concernant la mobilité, il y a là un frein culturel contre lequel il faut lutter. C'est en vérité bien plus une chance qu'une peine que de partir à 20 ans pour travailler loin du territoire où l'on a grandit. Et j'en parle d'autant plus à l'aise que j'ai quitté le Perigord à l'issue de mes études à Bordeaux pour démarrer à Paris. Puis je suis parti à Lyon au bout de 5 ans pour une opportunité professionnelle avant de venir dans l'Hérault 5 ans après pour des raisons familiales. Et ce nomadisme professionnel m'a enrichit en plus de m'avoir satisfait sur le plan personnel.

Mais pour tous ceux qui ne peuvent pas partir loin de chez eux, il y a de nombreux corps de métiers qui ne trouvent pas de salariés. En Languedoc-Roussillon, ces secteurs sont le service à la personne (en collectif ou à domicile), la restauration et l'hotellerie, les commerciaux, les métiers du bâtiments comme ceux relatifs aux économies d'énergie ou aux énergies renouvelables, la mécanique, l'agriculture de proximité, etc.

Là, l'absence d'anticipation des acteurs publics (Education nationale, chambres consulaires, collectivités territoriales, Pôle Emploi, ...) est catastrophique. En Allemagne, la formation professionnelle s'ouvre aux apprentis très tôt dans leur parcours scolaire, dotant ainsi le secteur artisanal et industriel allemand d'employés qualifiés et motivés ; en France, les CAP et les BEP sont synonymes d'échec scolaire.

Ces questions de l'emploi, de la formation, du développement local, de l'urbanisation et des paysages doivent être abordées franchement ; il faut que cessent les hypocrisies (et les salons pour faire semblant), les élus doivent aller à la rencontre de leurs concitoyens, déployer des outils de concertation et ainsi avancer des politiques publiques efficaces pour notre avenir commun.

19:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

"t ces nouveaux arrivants sont le plus souvent à la recherche d'un emploi plutôt que pourvoyeurs d'emplois nouveaux" (je vous cite) : c'est un vieille légende héraultaise marquée au coin d'une petite tendance à l'ostracisme (j'ai connu et en subi encore les conséquences !) que Frêche a contredite à plusieurs reprise, alors, vous êtes sûr de ça ? où peut-on trouver des chiffres fiables dans ce domaine ?

Écrit par : vieille dame | 22/04/2010

Attention, je ne dis pas ici qu'il faut barricader le territoire, mais je ne fais que reprendre le raisonnement issu de multiples études, du Pays Coeur d'Hérault comme du Conseil Général, qui insistent sur une nécessaire résistance à la pression démographique et à l'étalement de la zone urbaine de Montpellier.

Sur l'emploi, les créations se font essentiellement dans les secteurs de l'agriculture, du commerce, des activités de service marchand, de la santé et de l'action sociale ainsi que de la construction. Et c'est donc très naturellement que les créateurs d'emplois sont essentiellement des personnes déjà résidentes en Coeur d'Hérault (même depuis peu). En regardant le développement des ZAE, on constate que ce sont très souvent des entreprises qui étaient déjà installées dans les villages et qui se donnent plus de place. Et j'en profite d'ailleurs pour indiquer que les 500 emplois créés aux Tannes Basses ne sont pas des créations pures ; il y a pas mal d'enseignes qui étaient auparavant à Clermont l'Hérault et qui se sont déplacées.

Mais les études que l'on peut trouver démontrent un réel dynamisme de ce territoire, et il y a de la création d'entreprises et d'emplois. Une caractéristique du Pays est que 97,3% des entreprises emploient moins de 10 salariés, et que 94,7% ont moins de 6 salariés. C'est donc un tissu économique très vivace et très diversifié ; pas de quoi être pessimiste.

Quelques sources :
- http://www.cc-vallee-herault.fr/-Portait-economique-.html
- http://www.soletcivilisation.fr/index.php?option=com_docman&task=doc_download&gid=21
- http://www.coeur-herault.fr/rubrique.php3?id_rubrique=67

Écrit par : Laurent Dupont | 22/04/2010

Vous citez des sources qui alimentent des réseaux politiques frotalés comme le CG34 ou CCVHE.

Ces systèmes ne vivent que par des gestions pervers de la misère humaine et dont l'électorat ne dépend que la charité de la gauche- caviar sont usé à la corde.

Le stunami social qui arrive et qui sera très violent en France vous demontrera que votre propagande déplacée à son endroit,vous ouvrira des places de choix pour figurer en pôle position des charettes de la solution finale qui attend les fraudeurs politiques et les bonimenteurs.

Une deuxième vague virulente attend le peuple de France qui l'immergera dans le linceul du faschisme.La sociale démocratie qui s'est réfugiée chez le verts devra rendre des comptes.Continuer à spéculer sur l'emploi comme motif universel de la terreur sociale a déclenclé la haine du petit peuble du coeur d'hérault comme d'ailleurs.

Écrit par : Pons de l'Héras | 27/04/2010

Les commentaires sont fermés.