Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/02/2010

ZAC de la Salamane, Cazorla est toujours à la recherche de fonds publics pour des intérêts ... privés

Ce vendredi après-midi, le Maire-Président du Clermontais accueillait son "ami Georges" venu rencontrer les élus locaux dans le cadre des élections régionales. Et à l'occasion d'un échange sur les investissements de la Région sur le territoire du Coeur d'Hérault, Alain Cazorla a expliqué qu'il avait du mal à boucler le budget de la Salamane, plus compliqué que prévu, et qu'il attendait de son ami une petite rallonge aux subventions déjà attribués par le Conseil Régional. Et Georges de Frêche de lui répondre qu'il lui accorderait bien trois sous de plus ...

Je ne m'étendrai pas sur la réunion en elle même, qui répond à des pratiques d'un autre temps, mais je note surtout que les 999.000 euros du Département, que les 300.000 euros de la Région et que les 330.000 euros provenant du budget général de la communauté de communes ne suffisent pas à équilibrer le budget de la ZAC de la Salamane. Eh oui, le prix de vente à Système U reste bloqué à 21 euros le m2 quand le coût d'acquisition des terrains ne cesse de s'envoler ... Annoncé à 6 € au mois de juin 2009, le prix des parcelles non plantées passait à 7 € lors de l'assemblée communautaire de février 2010, et la presque totalité des parcelles est encore à négocier.

Chers concitoyens, quand vous paierez vos impôts locaux à l'automne prochain, et bien vous n'oublierez pas qu'une partie sert à financer la sociéte de grande distribution Système U ; société qui fait quand même 14,5 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2009 ! A deux semaines du premier tour des régionales, je pourrai vous exhorter à voter utilement, mais je préfère reprendre les propos de Pierre Rabhi dans son manifeste pour la terre et l'humanisme : "Dans notre monde globalisé, chaque acte est un vote".

20/02/2010

Ce blog n'est pas un forum !

Toutes mes notes sont libres de commentaires, mais récemment certains se sont révélés excessivement agressifs, voire diffamatoires ; j'ai été obligé de les supprimer à posteriori. Merci donc de respecter une certaine éthique du Net, même si les technologies sous-jacentes sont très permissives.

17/02/2010

Le bus à un euro, bravo !

Personne ne condamnera la surenchère de ces derniers jours à propos du tarif des transports en commun. Après Georges Frêche qui a annoncé le TER à 1 euro dans le cadre de sa campagne électorale pour les régionales, c'est maintenant André Vézinhet, Président d'Hérault Transport, d'annoncer pour le mois de mai un tarif unique à 1,5 € (et 1€ le ticket pour un carnet de 10 voyages).

C'est là une véritable révolution dans l'offre de transport. Par exemple, un aller-retour Paulhan-Montpellier via Clermont l'Hérault est à 15 €, un tarif totalement rédhibitoire face auquel la voiture reste une alternative plus économique et plus flexible. Là, à 3 € l'aller-retour, on peut accepter quelques petites contraintes supplémentaires comme la rigidité des horaires ou la nécessité de recourir à plusieurs modes de transport.

J'avais personnellement évoqué cette solution lors de la réunion de la commission environnement de la communauté de communes du Clermontais, le 13 janvier dernier. Nous étions réunis sur le thème des économies d'énergie, et je m'étais inspiré de l'exemple du Gard pour promouvoir des actions un peu plus ambitieuses que les aménagements habituellement proposés. Bien évidemment, mes collègues n'ont pas compris les enjeux, à l'image de l'un qui a brandi le budget exsangue du Conseil Général ou d'un autre qui me demandait si le Département du Gard finançait les communes au même niveau que celui de l'Hérault. Que de frilosité !

bus_1_euro_perpinya_2010_la_clau.jpg

Autre exemple du côté des Pyrénées-Orientales où le Conseil Général propose lui aussi un tarif unique à 1 € depuis le printemps 2009 ; et il aurait multiplié par 9 le nombre de ses usagers ! Ainsi, une opération qui au départ pouvait s'envisager à perte se révèle bien plus bénéfique et l’institution départementale se dotera dans les prochains moins de 140 bus et d’un dépôt, via une régie de transports constituée en Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial.

Outre la pertinence de ces actions qui s'inscrivent dans une démarche de développement durable, elles mettent aussi en évidence l'utilité d'institutions qui peuvent engager des politiques publiques à l'échelle d'un département (et pas seulement d'une agglomération ou d'une métropole). Si André Vézinhet n'a pas réussi à convaincre ses collègues parlementaires sur les risque de la réforme territoriale, il trouvera néanmoins l'adhésion des Héraultais à des programmes de développement réellement durables.