Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/11/2009

La Salamane, toujours de l'imprécision dans les explications

Simple précision, il n'y a que 500 ha de vignes sur le territoire de Clermont l'Hérault, et on va en arracher plusieurs dizaines d'hectares (plus de 10%) à la Salamane pour faire de la place à la grande distribution ... Je ne sais pas ce que sont les 400 autres hectares de parcelles agricoles sur la commune de Clermont l'Hérault, mais voilà un inventaire qui serait bien utile de faire.

D'ailleurs, si quelqu'un à l'info, je voudrais bien savoir quelle surface de vignes il y avait sur Clermont l'Hérault à l'époque où le raisin de table faisait la réputation de la ville, mais aussi sa réussité économique.

P.S. : Plus d'infos sur la viticulture en allant visiter l'Observatoire Viticole du Conseil Général de l'Hérault.

 


logo_hdj.JPG

 

Edition du 30 novembre 2009

 

Clermont l'Hérault. Alain Cazorla présente aux acteurs économiques du territoire le projet de zone d'aménagement concerté à La Salamane.

Une opportunité pour l'emploi

Programmée depuis plusieurs semaines, la réunion de présentation de la Communauté de communes du Clermontais (CCC) aux acteurs économiques du territoire s'est déroulée, hasard du calendrier, le lendemain du dépôt au tribunal administratif par le collectif d'opposants d'un « recours en justice pour abus de pouvoir». Contre toute attente, le président n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet: « ce recours ne nous a pas été notifié, quand on le recevra, on le remettra à nos avocats ». L'heure n'était pas à la polémique mais à l'information. Il s'agissait pour les élus communautaires de présenter le projet de Zone d'aménagement concerté dans son ensemble et répondre aux interrogations à la fois sur l'împact économique, paysager et environnemental sur la Salamane. Une ZAC de 70ha qui comprendra, certes, un lot de 21 ha réservé par System U pour l'implantation d'une plateforme logistique, mais également, Alain Cazorla a tenu à ie préciser « 29ha à disposition des entreprises souhaitant s'installer sur le Clermontais ». « A ce jour, cinq à six entreprises ont déjâ pris contact avec la CCC », a ajouté le vice-président François Lieb.

Respect de l'Agenda 21
« Un projet majeur pour l'avenir de notre territoire ... Une opportunité de développement unique » a souligné Alain Cazorla qui insiste sur la création à terme de près de six cents emplois directs et indirects. Cependant, l'environnement demeure une priorité : « cette ZAC sera réalisée dans le strict respect de l'environrnmumt et du développement durable conformément à l'Agenda 21 ». Appuyé par des cabinets d'études spécialisés, rien ne sera laissé au hasard, et d'importantes études d'impact (hydraulique, paysager, de circulation douce, de trafic routier) vont être réalisées. Même des mesures compensatoires vont être prises pour la protection des lézards de murailles et des nidification des alouettes, a ajouté l'ingénieur de la CCC.

834 ha de terres agricoles
Une présentation de plus d'une heure durant laquelle l'emprise foncière sur les terrains agricoles n'a pas été éludée. Alain Cazorla balaye les ambiguïtés : « je soutiens et soutiendrai toujours le monde viticole qui souffre aujourd'hui d'une grave crise économique. Il y a sur Clermont 904 ha de zones agricoles, on va en arracher 70, il en restera donc 834 ha pour pouvoir soutenir l'agricùlture sur Clermont l'Hérault. On a des terrains avec de l'irrigation à proposer aux agriculteurs qui souhaitent s'installer, mais pas sur la Salamane. Nous avons suffisamment de bonnes terres pour permettre la création de projets agricoles alternatifs ».

Avant d'ouvrir le débat avec la salle, Alain Cazorla se voulait rassurant quant aux éventuelles incidences sur le budget conununautaire et sur la fiscalité des ménages: « Il s'agit d'un budget autonome et équilibré dont les investissements seront compensés en totalité conformément à la loi par la vente des parcelles ». Il invitait les participants à consulter le dossier et â y consigner leurs observations dans le cadre de la phase de concertation dans les locaux de la Communauté de communes ou à l'urbanisme de là mairie de Clermont l'Hérault.

Christine GUILLAUME

15:21 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2009

Une plateforme logistique de la grande distribution en lieu et place de 70 hectares de vignes, il fallait oser !

Et le Président de la Communes du Clermontais l'a fait, c'est sa façon à lui de sauver la viticulture. Il faut écouter le discours de Philippe Vergne mercredi 25 novembre à Montpellier pour mesurer comment le Maire de Clermont l'Hérault insulte cette profession en crise. Quand Philippe Vergnes explique que la grande distribution se gave et qu'elle assassine les producteurs, Alain Cazorla propose tout simplement de remplacer des vignes par des entrepôts de l'enseigne Système U, où les enfants des vignerons trouveront peut-être un emploi précaire de cariste ou de préparateur de commandes ... pour déplacer des caisses de vins du Chili ou de Californie.

Même Nicolas Sarozy n'y avait pas pensé, ou n'avait pas osé ! Devenons un immense entrepôt à l'échelle nationale pour stocker des matières premières venues des quatre coins du monde, et consommons ... Non, décidément, je ne peux pas me résoudre à un tel dessein.


Discours de Philippe Vergnes, Président du Syndicat des Vignerons du Midi, le 25 novembre 2009 à Montpellier.

Ph_vergnes_25_Nov.JPG
[Cliquer sur l'image pour voir l'enregistrement de France 3 Sud]

 Quelques extraits relatifs à la grande distribution, qui n'est pas pour rien dans la crise de la viticulture.

"Je voudrais saluer le producteur qui a eu l'ingénieuse idée de déposer un kilo de carottes [sur le bureau du Président de la République]. Lui, au moins, a eu le mérite de lui faire ouvrir les yeux sur ce que le Syndicat du Midi dénonce depuis longtemps déjà. Vous avez paru surpris [Monsieur le Président de la République] de découvrir que ce pauvre producteur avait vendu ce kilo de carottes à une grande surface qui l'avait aussitôt revendu 67% plus cher ! Mais face à la grande distribution, à notre niveau, ne nous leurrons pas, les carottes sont cuites".

"Sous couvert de défense des consommateurs, la grande distribution assassine les producteurs ; et profite largement du crime. La grande distribution se gave. Au cours de la dernière campagne, les prix des vins de pays pour le consommateur ont augmenté de 14%, alors que le prix payé au producteur était en recul de 9% ..."

"Le représentant de l'Etat dans le département de l'Aude, le Préfet Bernard Lemaire, avait demandé, début 2008, au services de la répression des fraudes de relever les marges sur le vin effectivement réalisées par les enseignes audoises de la grande distribution, qui sont les mêmes de Carcassonne à Calais en passant par Avignon. Cette enquête, que bizarrement personne ne retrouve, et qui pourrit sans doute dans un placard de la préfecture ou ailleurs, faisait apparaître une marge de 60% sur le vin. Carottes ou vin, même combat ..."

"Et pourtant, comme chacun sait parmi nous, si la grande distribution lâchait aux producteurs 15 centimes d'euro de plus par bouteille, cela permettrait de donner un peu d'espoir aux vignerons, pour leur permettre de changer au moins le pneu au tracteur, ou de payer l'assurance. Nombre d'entre nous ne peuvent même plus assurer leur tracteur. Les vignerons doivent de l'argent partout, à la MSA, aux fournisseurs, à la banque ..."

21:59 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2)

27/11/2009

Face aux critiques, l'exécutif de la CCC s'enlise dans ses explications

Malheureusement pour eux, les élus de la Communauté de Communes qui s'expriment dans cet article (cf. article de Midi Liibre en bas de note) accumulent les contre-vérités.

Aux propos d'Alain Cazorla qui indique que les membres du collectif n'ont jamais demandé à le rencontrer ni à connaître le projet, c'est un point de vue très égocentrique. Des élus locaux sont membres du collectif, et le Président de la Communauté de Communes reconnaît implicitement qu'ils ne sont pas suffisamment informés malgré leur participation aux assemblées où ils sont élus. De même, on ne trouve pas à la mairie ou à la communauté de communes, là où sont ouvertes au public deux enquêtes préalables, une documentation suffisamment complète pour connaître le projet. Les études d'impact ne sont toujours pas disponibles ! Malgré cela, le collectif a rencontré les dirigeants de Système U Sud, preuve qu'ils ont un certain intérêt pour ce projet ...

Sur la fiscalité locale, Alain Cazorla ment par omission. Evidemment que tous les contribuables du Clermontais vont bénéficier du gel des taux de la taxe professionnelle et de la fiscalité additionnelle, puisque cela a été décidé pour  (ou par) Système U. Mais le protocole d'accord va plus loin, il instaure une pénalité dont serait redevable l'intercommunalité à Système U. Or, ce protocole d'accord n'a été signé qu'entre la Communauté de Communes et Système U ! J'invite tous les contribuables du Clermontais à écrire à Alain Cazorla pour lui soumettre un même projet de protocole d'accord bilatéral.

Et concernant la Taxe Locale d'Equipement (TLE), comment François Lieb qui est au coeur des dossiers de développement économique sur notre territoire peut-il dire que "toutes les entreprises de la CCC sont dans ce cas" ? Et le mélange des genres est encore pire, la confusion est à son paroxysme, puisque cette TLE est perçue par les communes sur toutes les constructions et agrandissements de bâtiments de toute nature. Cette taxe permet aux communes de répercuter sur leurs propres investissements l'augmentation de population, qu'elle soit réelle (nouveaux habitants) ou équivalente (salariés, clients et autres visiteurs). Toute nouvelle construction a un impact sur les réseaux d'eau et d'assainissement d'une commune, sur la voirie, sur les réseaux électrique et téléphonique, sur les services publics (écoles, bibliothèque, centre aéré, ...). Et aujourd'hui, je suis désolé de contredire mon collègue Lieb, il n'existe aucune exonération générale de TLE sur le territoire de l'intercommunalité (CCC), ni pour les particuliers et ni pour les entreprises.

Enfin, il n'est pas possible de laisser Alain Cazorla justifier ainsi la spéculation foncière. Alors que la viticulture est en crise, il ne lui vient pas en aide, il lui creuse sa tombe ! Il y avait 500 ha de vigne en 2007 sur la commune de Clermont l'Hérault , ancienne capitale du raisin de table, et on va en arracher plusieurs dizaines d'hectares à la Salamane. C'est cela sauver la viticulture ? Et quand Alain Cazorla ajoute :  "A ce prix là, certains pourront avoir une bonne retraite" ..., il achète sa paix sociale. Toutes les autres catégories de travailleurs, salariés ou indépendants, apprécieront l'équité de cette action.

Ce qui manque à ce projet de ZAC, vu les enjeux de développement durable, c'est une vision à long terme. Dans quelle stratégie de développement s'inscrit ce projet ? Aujourd'hui, des élus du Clermontais semblent de plus en plus intéressés par le développement de zones agricoles sur leur territoire, et je me réjouis que notre implication dans ce projet les conduise à cette issue ; mais comment marrier à l'échelle du territoire de la création d'emploi qualifié et de la relocalisation économique ? Un outil permet d'y travailler, c'est le SCOT (Schéma de Cohérence et d'Organisation Territoriale), et il est urgent d'en décider l'élaboration à l'échelle du Pays Coeur d'Hérault.

 


logo_midi_libre.JPG

 

Edition du 27 novembre 2009

 

Social : Ca se durçit autour de la Salamane

salamane l'emplacement de système U.jpg

Le juge administratif a été saisi d'un recours des opposants au projet

La communauté de communes du Clermontais a présenté, en détail, mercredi soir, lors de la réunion du comité de pilotage économique, le projet de la zone activité de la Salamane. Alain Cazorla, le président, a profité de l'occasion pour répondre aux attaques des opposants répétant, comme il avait fait par le passé, que ces derniers s'étaient prononcés « contre sans jamais demander à nous rencontrer ni à connaître le projet ».

Le collectif Salamane dénonce, lui, le protocole d'accord signé entre la CCC et Système U puisque cette enseigne veut y implanter une plate-forme logistique. « C'est un contrat léonin comme on le qualifie juridiquement, c'est-à-dire que le protocole donne à Système U une exonération de taxe locale d'équipement et de taxe d'enlèvement des ordures ménagères. De même, ce sont les contribuables qui financeront les contraintes en eaux pluviales de la plate-forme logistique », souligne Gérard Saez. Au vu de cela et d'autres éléments, le collectif a déposé, mardi, un recours devant le tribunal administratif pour excès de pouvoir. « Ce dépôt ne m'a pas été encore signifié », expliquait Alain Cazorla, qui voulait rétablir, selon lui, quelques contre-vérités énoncées par le collectif. « Il n'y a pas eu d'avantages fiscaux négociés. Le plafonnement à 0,5 % de l'augmentation de la fiscalité intercommunale ne concerne pas que Système U mais toutes les entreprises. » Dans le même ordre d'idée, François Lieb, le maire de Nébian, jugeait qu'il était « malhonnête de dire que seule l'enseigne sera exonérée de taxe locale d'équipement. Toutes les entreprises de la CCC sont dans ce cas. » Quant aux reproches du collectif sur le fait de payer « le mètre carré 6 € alors que le prix est de 1 € pour favoriser l'arrachage des vignes », le président de la CCC les balaie d'un revers de la main. « A ce prix-là, certains pourront avoir une bonne retraite et d'autres racheter des terres ailleurs, en AOC. » Bref, on l'a compris quels que soient les arguments d'un côté ou de l'autre, on n'arrivera pas à s'entendre et ce sont les tribunaux qui devront trancher. « On s'attend à de nombreux recours », ne cachait pas Alain Cazorla, qui espère le début des travaux pour début 2011. En attendant, une réunion publique devrait avoir lieu bientôt.

François RIVIER

16:49 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)