Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/11/2009

L'équation qu'il nous faut résoudre ...

D'un côté des jeunes agriculteurs sans terre qui s'enchaînent aux grilles de la SAFER début octobre à Montpellier, et de l'autre des hectares de terres agricoles que les viticulteurs veulent vendre ; l'esprit le plus simple n'en déduirait-il pas que l'un et l'autre sont appelés à se rencontrer pour réaliser une plaine de production agricole, maraîchère et arboricole, en Coeur d'Hérault ? Les maraîchers présents à la dernière réunion du collectif de la Salamane ont témoigné que leurs productions s'écoulaient sans difficulté, mais surtout que l'offre était loin de répondre à la demande !

Safer_lr_1.jpg
Safer_lr_2.jpg

Le 5 octobre 2009, des jeunes agriculteurs (en devenir) ont manifesté devant les portes de la SAFER à Montpellier pour réclamer des terres. L'acces au foncier est effectivement le principal handicap pour ces futurs paysans. Mais il faut y ajouter que l'éparpillement des exploitations génère d'autres handicaps comme l'accès à l'eau, à l'électricité, à des chemins ruraux pratiquables, etc.

coeur_herault_geo.gif

Cette carte du Coeur d'Hérault montre très bien que dans sa partie centrale inférieure, le long de l'Hérault, il y a une plaine agricole sur laquelle il faut capitaliser. Si aujourd'hui la viticulture est en crise, alors il faut permettre aux viticulteurs de se reconvertir ; mais c'est aussi une opportunité pour que s'installe une nouvelle génération de paysans.

Alors est-il bien responsable de vouloir artificialiser ces sols ? Sur la ZAC de la Salamane (70 ha), le vice-président de la communauté de communes en charge du développement économique affirmait vendredi soir à Nébian que 25% des sols seraient des espaces Verts. Certains participants lui ont aussi rappelés que les documents mis à la disposition du public indiquent surtout que ces espaces Verts seront constitués de 9 ha de bassins de rétention et d'énormes collecteurs (noues).

Le collectif de la Salamane propose un autre projet, celui de faire de cette plaine, sur une même unité géographique et économique, un espace dédié à la production agricole de proximité. Serge Azaïs, de la Confédération Paysanne, expliquait vendredi soir en réunion publique que les exploitants pourraient ainsi disposer d'outils indispensables à la commercialisation de leurs produits. Il peut s'agir de matériels, d'ateliers de transformation, de petits abattoirs, de structures de commercialisation, etc. Il est urgent d'ôter de la tête de nos édiles que ce projet alternatif se limite à installer ici et là quelques maraîchers pour des AMAP. Non, cette plaine vivrière doit devenir  un poumon économique pour le Coeur d'Hérault, en totale conformité avec les politiques publiques votées par les élus (la charte de développement durable du Pays Coeur d'Hérault, l'Agenda 21 de la Communauté de Communes du Clermontais, le programme européen "GAL Convivencia" qui attribue une enveloppe de 1,4 M€ sur 2007-2013 pour développer les espaces agricoles, le projet Valcordia du Conseil Général qui est la réponse dédiée au Coeur d'Hérault dans sa démarche Hérault @venir, le Schéma Régional d'Aménagement Durable du Territoire (SRADT) du Conseil Régional, la loi de 2006 qui permet aux intercommunalités de créer des Zones Agricoles Protégées (ZAP), etc).

Nous avons des paysans qui veulent s'installer, nous avons des terres à vocation exclusivement agricole qui sont à vendre, nous avons une demande de produits alimentaires locaux qui est loin d'être satisfaite, nous avons un arsenal de textes législatifs et réglementaires qui facilitent tout projet à vocation agricole, nous avons des budgets publics destinés à ce type de projet, mais nos élus s'entêtent et restent sourds à tous ces arguments. Ils leur préfèrent les promesses d'un opérateur de la grande distribution qui offrira une centaine d'emplois ; mais quels emplois et pour quelle durée ?

Une troisième réunion publique organisée par le collectif de la Salamane se tiendra à Paulhan à la mi-décembre, une occasion de nous focaliser sur ce projet alternatif. 

10:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.