Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/10/2009

La Salamane, enjeux et réalités

Clermontais : la Zac de la Salamane chauffe toujours les esprits

logo_midilibre.JPG

POLÉMIQUE : L'installation de la plate-forme, gérée par Système U, a occupé, mercredi soir, l'essentiel du débat communautaire

les protestataires de la salamane.jpg

Les opposants  ont fait une manifestation silencieuse à l'entrée de la salle du conseil à Fontès.

La règle veut qu'en assemblée délibérante, seuls les délégués qui la constituent ont le droit de débattre. Le public est appelé à observer la plus stricte retenue. Il est parfois difficile de se contenir. Certains en ont fait l'expérience, mercredi soir, à Fontès, lors du conseil communautaire du Clermontais, où l'implantation de la plate-forme logistique de Système U a occupé l'essentiel de la séance.

Quelques membres du collectif opposé à l'arrivée du géant de l'agroalimentaire, sur la plaine de la Salamane, à Clermont, se trouvaient dans la salle. Après avoir procédé à une manifestation silencieuse à l'entrée de la salle des fêtes du village. Les lèvres serrées, ils étaient peu enclins à se laisser convaincre par les arguments du président de l'intercommunalité, Alain Cazorla, défenseur du projet. Ils ont eu toutefois la possibilité de s'exprimer par la voix de délégués ouvertement contre cette implantation : Gérard Saëz, élu à Clermont, et Laurent Dupont, à Paulhan.
Ce dernier a d'ailleurs sorti de sa besace une botte d'asperges bien vertes cultivée au Pérou, vendue au rayon légumes d'Hyper U. « Elle a parcouru 10 000 km. Imaginez le carbone qu'il a fallu pour la faire venir, alors qu'elle aurait pu pousser sur un terrain maraîcher de la Salamane au printemps. » Et Alain Cazorla, un brin agacé, de répliquer : « Faites la pousser, vous. On modifie le Plu, mais on vous gardera une parcelle ! » Afin de moucher l'argumentaire des opposants sur les maigres informations apportées sur la zac, sur son aspect paysager qualifié de « supercherie », sur les nuisances routières engendrées, les terres viticoles « sacrifiées », le président a répété que l'aubaine était trop belle d'un point de vue économique et que l'emploi était le souci premier d'un territoire en crise : « On ne crache pas sur les 150 postes, plus les saisonniers que la plate-forme embauchera, et ceux qui viendront avec les entreprises qui s'installeront sur la zac»
La prise de parole en ce sens de Bernard Coste, maire d'Octon, a provoqué les applaudissements appuyés des délégués, majoritairement convaincus par la pertinence du projet : « J'ai assisté à l'inauguration de l'Intermarché au Bosc. Plus de 60 personnes, sans travail jusqu'alors, ont été recrutées. Il fallait voir leur fierté. L'emploi est au coeur de nos préoccupations car c'est la base de la dignité humaine. » Ces mots ont peu ému les opposants, qui une fois dehors, ont pu qu'exprimer leur mécontentement : « C'est pitoyable ! » Il faut dire aussi qu'Alain Cazorla venait d'annoncer à l'auditoire qu'il avait enfin signé le protocole d'accord avec Système U, une semaine plus tôt, lançant ainsi la machine. De quoi chauffer encore plus les esprits.

 

Patricia GUIPPONI [Midi Libre]

- Une concertation sur la Salamane va s'ouvrir auprès du public à partir du 1 er novembre jusqu'à la date d'approbation du dossier de création. Registres et réunions publiques sont prévus.

14:09 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Bizarrement, on ne trouve plus d'asperges du Pérou dans les rayons d'Hyper U à Clermont l'Hérault ... Une rupture de stock, un mouvement d'humeur à Miramas ou à Vendargues, les maraîchers Péruviens qui exigeraient une labélisation Max Havelard ? Mais je vais prendre le Président Cazorla au mot, et je fais tout de suite un appel aux propriétaires fonciers de la Salamane pour acheter un petit bout de terrain.

L. Dupont

Écrit par : Laurent Dupont | 03/10/2009

A 6 € le m² c'est hors de prix !

Écrit par : Stephane | 03/10/2009

Voilà, nous entrons de plein pied dans une approche très capitalistique de l'économie locale. Il suffit qu'un acteur économique local fasse flamber les prix pour se préserver de toute concurrence. Et quand cet acteur s'appuie sur une collectivité qui va modifier son PLU pour mettre des parcelles agricoles en parcelles à urbaniser, cela signifie que ni la SAFER ni le Département ne pourront plus jamais exercer leur droit de préemption sur des espaces naturels sensibles (ENS).

Ah, au fait, s'il n'y a plus d'asperge du Pérou chez Hyper U, elles sont arrivés à Intermarché de Clermont l'Hérault à 3,4 €. Et ce n'est pas la même marque ... C'est dire qu'il y en a des filières d'asperges au dessus de l'Atlantique !

Écrit par : Laurent Dupont | 03/10/2009

Les commentaires sont fermés.