Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/08/2009

Sur fond de fiscalité écologique, ce sont deux façons de faire de la politique qui s'opposent

sego-ps.jpg

A l'université d'été du PS, à La Rochelle, Ségolène Royal a dénoncé la taxe carbone : « Je dis solennellement devant vous que l'écotaxe, ce nouvel impôt que nous annonce le Premier ministre, est (…) un impôt absurde, un impôt injuste, un impôt historiquement décalé dans le temps ». C'est « un impôt insupportable pour toutes celles et tous ceux qui n'ont pas le choix entre acheter un véhicule polluant, puisqu'il n'y a que ça sur le marché, et acheter une voiture électrique parce qu'à cause de la faiblesse de la politique gouvernementale, celle-ci n'est pas encore fabriquée en grand nombre ». « De quel droit un gouvernement va-t-il assommer d'impôts les familles, alors qu'elles n'ont pas le libre choix de rouler propre ? Retirez cet impôt, M. Fillon, et mobilisez votre énergie pour la montée en puissance de l'industrie automobile française pour mettre massivement sur le marché des voitures électriques pas chères, pour que les familles puissent choisir ».

 cecile.jpg

Elle aussi invitée à La Rochelle, Cécile Duflot a répliqué vertement. "Toutes celles et tous ceux qui s'aventurent à critiquer dans son principe et dans ses fondements la fiscalité écologique ne sont que des démagogues déconnectés de la réalité", a-t-elle déclaré devant les militants socialistes. "Cette contribution climat-énergie doit être la première pierre d'une nouvelle redistribution, d'un nouveau partage des risques parce que ceux qui polluent le plus ce ne sont pas les plus démunis", a-t-elle ajouté.

 


Ce n'est pas par esprit de parti que je salue ici les propos de Cécile Duflot, mais sincèrement par la satisfaction de voir s'exprimer un autre discours que celui de la démagogie politique. Il ne suffit pas de subventionner l'industrie automobile pour que le déclic s'effectue auprès du plus grand nombre, non, il faut un électro-choc ! On peut attendre quelques mois que le prix du pétrole reparte à la hausse, les bénéfices allant dans les poches des multinationales pétrolières et des pays producteurs, ou alors on peut intelligemment inventer un système incitatif qui soit en même temps solidaire.

19:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Taxe additionnelle, suite mais pas fin ...

Ma dernière note portait sur le budget de la communauté des communes qui s'appuyait sur un nouvel impôt pour équilibrer ses comptes. Souvenez-vous, deux audits commandés par le nouvel exécutif communautaire se concluaient par un appel urgent à des arbitrages budgétaires ; des compétences acquises récemment et la ZAC de la Barthe grèvaient fortement l'autofinancement de notre EPCI. Et l'assemblée de voter majoritairement la levée d'une taxe additionnelle de 1,2 M€.

Depuis, nous aurions pu nous attendre à un peu plus de rigueur, à quelques économies dans les dépenses de l'intercommunalité ... Que nenni ! Et au contraire, la communauté de communes a décidé de faire un petit placement foncier : 900.000 € pour les établissements Salasc à Clermont l'Hérault. D'après le président, c'est en prévision de la création d'un pôle culturel à Clermont l'Hérault, c'est une opportunité immobilière à ne pas laisser passer et il sera toujours possible de vendre si nécessaire. Bref, ce que l'on prend d'un côté dans le porte-monnaie des contribuables sert à épargner ... belle leçon de dynamisme économique en temps de crise !!!

Ensuite, et sans entrer dans le débat de fond qui mérite une note à part entière, la communauté a aussi voté la création de la ZAC de la Salamane pour Système U et d'autres opérateurs logistiques qui vont s'installer sur des dizaines d'hectares de riches terres agricoles. 13 M€ de dépenses sont prévues contre 11,5 M€ de recettes seulement. La différence est assurée par des subventions (le Conseil Général et le Conseil Régional mettent la main à la poche), mais aussi par 330.000 € directement puisés dans le budget de la communauté des communes. Et on me trouvera peut être un esprit de raccourci, mais 900 + 330 = 1230, et nous sommes pile poil dans la prévision de recettes de la taxe additionnelle ... Je sais bien que les comptes ne se font pas de façon si basique, mais on ne me retirera pas de la tête que cette taxe additionnelle était bien peu fondée. Ou bien elle se justifiait et il fallait mettre la pédale douce sur tous ces projets, ou bien la communauté avait les moyens de ses ambitions et alors cette taxe est injuste.

Mais les comptes de résultats qui nous seront présentés prochainement nous éclairerons mieux. Néanmoins, et avant de prendre les compétences "Tourisme" et "Culture" à partir de 2010, il faut espérer que notre exécutif intercommunautaire fasse preuve de plus de transparence.

14:30 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)

Après quelques mois le nez dans le guidon

Ma dernière note sur ce blog date de l'automne dernier (en dehors d'un communiqué de presse en juillet), mais je ne me suis pas mis en sommeil pendant de si longs mois. Non, c'est que le quotidien d'un élu local, surtout pour un premier mandant, est très exaltant et donc très chronophage. Des sujets de discussions, j'en ai plein ma hotte et ils donneront lieu à de prochaines notes sur ce blog ; il y a des combats militants qui continuent, et je pense notamment à la résistance qui se met en place contre le projet d'artificialisation de la plaine de Salamane, mais il y a aussi des témoignages de projets locaux qui méritent d'être mieux connus.

Le contexte politique est aussi un encouragement à poursuivre ce fil de discussion politique. Par exemple, le succès d'Europe Ecologie n'est pas un phénomène conjoncturel, et les journées d'été des écologistes, fin août à Nîmes, ont témoigné d'une réelle dynamique politique qui va nous conduire aux prochaines régionales.

A très bientôt pour continuer à échanger.