Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/10/2008

Vert ou Ecologiste ?


Cet automne 2008 est marqué par deux évènements : l'Assemblée Fédérale des Verts et le lancement du rassemblement des écologistes pour les prochaines européennes. Et c'est lundi 20 octobre que Dany Cohn-Bendit, José Bové, Eva Joly, Jean-Paul Besset, Cécile Duflot, Yannick Jadot, Antoine Waechter et quelques autres vont diffuser le manifeste "Europe Ecologie - Changer d'ère" ; à suivre sur le site www.europeecologie.eu. En même temps, les Verts débattent en interne des six motions d'orientation qui seront soumises au vote des délégués le 6 décembre à Lille ; des assemblées générales décentralisées se tiendront le 16 novembre pour un premier tour sur ces motions qui pourront ensuite fusionner en vue de dégager une majorité et de désigner un nouvel exécutif.


Ces deux évènements ont leur propre dynamique, jalonné par les décisions du Conseil National des Verts pour l'un et guidé par un comité de campagne pour l'autre ; une tradtion du débat contradictoire et démocratique d'un côté, l'approche par consensus de l'autre. Mais si le rassemblement des écologistes se focalise sur le scrutin de 2009, avec l'objectif de dépasser cette seule échéance pour voire naître un Pôle Ecologiste significatif dans notre paysage politique, il n'en est pas de même au sein des Verts.


Le parti Vert a toujours été partagé entre trois courants très complémentaires : la gauche du parti qui rappelle sans cesse que l'écologie ne se réduit pas à l'environnement (Martine Billard, Yves Contassot, Gilles Lemaire, Francine Bavay, ...), les "Voynetistes" qui plaident pour un parti de gouvernement dont un préalable est d'écologiser la gauche (François de Rugy, Alain Lipietz, Anne Souyris, ...), et un Pôle Ecologiste que ses détracteurs internes qualifient d'environnementaliste. Outre Yves Cochet qui peine à se faire entendre des Verts, le Pôle Ecologiste se caractérise aussi par le nombre de ses leaders qui ne sont plus chez les Verts (Yves Pietrasanta, Maryse Arditi, Yann Wehrling, Jacques Maret, ...). Lors de la dernière AG Fédérale à Bordeaux, en décembre 2006, la majorité s'est constituée dans la perspective des scrutins de 2007 et de 2008, sous le prisme des alliances à gauche ; le Pôle Ecologiste qui pronait déjà un rassemblement des écologistes a été exclu de la synthèse ...


Mais le temps des accords électoraux a fait long feu et les Verts en ressortent affaiblis. Le récent épisode des sénatoriales a illustré, et s'il fallait encore le démontrer, que l'écologie politique s'accomodait assez mal de la cuisine politicienne. Là, avec le rassemblement des écologistes pour ces européennes de 2009, s'ouvre la perspective de constituer un Pôle Ecologiste qui porte son projet politique aux élections à venir, de façon autonome. Nicolas Sarkozy pensait refermer le couvercle sur le chaudron écologiste avec le Grenelle de l'environnement ; il a au contraire permis à ses acteurs de se rencontrer et de se mobiliser durablement. Les récentes positions de Nicolas Hulot en témoignent !


Les prochains mois verront certainement l'écologie politique se structurer, au sein des Verts déjà avec un exécutif qui devrait s'appuyer sur un courant écologiste enfin légitimé et certainement plébisicté (cf. unanimité au journées d'été et au Conseil National de septembre), et dans la dynamique du rassemblement des écologistes qui devrait lancer sa campagne début 2009. Les Verts peuvent constituer le soleil de la galaxie écologiste, et c'est avec enthousiasme que l'on perçoit cet élan mobilisateur où je n'aurai plus à me demander si je suis Vert et donc Ecologiste, ou Vert parce que d'abord Ecologiste.

11:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.