Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/09/2008

La torche à plasma, pas écolo !


Ah la science ... Il y a encore de nombreuses personnalités pour nous prédire que la technologie viendra à notre secours pour résoudre tous nos problèmes. Continuons à avoir des comportements irresponsables ou voilons nous la face, un procédé technologique ou un autre compensera nos excès de la vie moderne.

Et la torche à plasma participe de cet angélisme scientiste. Cessons de trier, ne dépensons plus d'argent pour valoriser nos déchets, la torche à plasma va transformer nos sacs poubelle en briques vitrifiées totalement inertes que nous pourrons utiliser en voirie par exemple. Y a même un petit côte Inspecteur Gadget dans cette vision caricaturale des choses ...

En réalité, la torche à plasma est un procédé industriel qui produit un arc électrique continu entre deux électrodes, dans un mélange gazeux à plus de 1600 °C. Les résidus qui passent dans cet arc sont fondus puis refroidis brutalement dans un bain d'eau où ils se vitrifient. Derrière cette explication technique, il n'y a en réalité que très peu d'expériences pratiques. Les principales applications de ce procédé ciblent des produits extrêmement dangereux (amiante, cendres toxiques, produits chimiques, ...) et il existe deux sites en France qui utilisent la torche à plasma ; c'est à Morcenx (Landes) pour le traitement de déchets industriels spéciaux (DIS) et à Cenon (Gironde) pour le traitement de REFIOM issus de l'incinération d'ordures ménagères.

Mais il se pose en premier lieu un problème environnemental. Vous le comprenez, ce procédé est basé sur l'incinération des déchets avec tous les problèmes inhérents (production de refiom : 50 à 70 Kg par tonne incinérée, production de mâchefers : 250 à 300 Kg par tonne incinérée, pollutions diverses issues de la combustion, ...). Et si la torche à plasma réduit les mollécules de dioxine en chlore et en carbone, ce sont d'autres mollécules toxiques à traiter quand ces mollécules ne forment pas à nouveau de la dioxine en se refroidissant brutalement. Et d'autres métaux lourds sont produits à partir de cette réaction ...

Et il y a aussi un problème énergétique. L'incinération des déchets ne produit pas à elle seule suffisamment d'énergie électrique pour rendre le procédé opérationnel ; il faut un apport électrique supplémentaire important.

Enfin, c'est une question de responsabilité écologique qui se pose à nous. Notre société est productiviste (produire toujours plus même si la qualité et la durée de vie des produits sont moindres) et consumériste (le mythe de la consommation qui tire la croissance), c'est à dire que les industriels produisent de plus en plus de déchets industriels et que les consommateurs jettent de plus en plus de déchets ménagers. Et tout ça au détriment d'une planète qui étouffe !

Depuis quelques années, les collectivités et l'Etat font un effort énorme de sensibilisation et de formation. Des moyens sont mis à notre disposition pour avoir des gestes écocitoyens (moins d'emballage à la source, un tri des déchets, une valorisation efficace des matériaux collectés, ...), et cela participe d'une responsabilisation collective. Néanmoins, des progrès restent à réaliser ! Sur le coeur d'Hérault par exemple, il y a encore plus de 50% de nos poubelles qui sont enfouies alors que les déchets résiduels constituent environ 16% d'une poubelle type. Il y a donc encore des pistes de progrès !

Les commentaires sont fermés.